Articles avec #dieupart tag

Catalogues

Publié le par DPLM

Henri Dieupart

Catalogue Henri Dieupart page 1

Catalogue Henri Dieupart page 1

Catalogue Henri Dieupart page 2

Catalogue Henri Dieupart page 2

Catalogue Henri Dieupart page 3

Catalogue Henri Dieupart page 3

Aller à la page Henri Dieupart

Lorrain Nancy Daum

Cataloque Lorrain Nancy Croismare

Cataloque Lorrain Nancy Croismare

Catalogues

Etaleune

Catalogues
Catalogues
Catalogue Etaleune

Catalogue Etaleune

Carrillo

Catalogues
Catalogue Luminax Carrillo

Catalogue Luminax Carrillo

Muller Frères Lunéville

Catalogues
Catalogue Muller Frères

Catalogue Muller Frères

Voir aussi la documentation d'époque sur André Hunebelle en cliquant ICI

Voir les commentaires

Henri Dieupart

Publié le par DPLM

Henri Dieupart, Paris 29 juillet 1888 – Paris 23 janvier 1980

Il ne m'a pas été facile d'écrire une biographie exacte pour évoquer la vie de cet artiste peintre et sculpteur. Sa date de décès restait à ce jour incertaine voire carrément loufoque, au mieux, incohérente. Un bon nombre de documents incomplets, "œuvres" d’apprentis biographes, de catalogues de ventes de maisons pourtant célèbres, de sites généralistes peu fiables et mal documentés sur le verre et les verreries, continuent d’annoncer par erreur sans aucune logique comme date de sa mort l’année 1928. Pourtant, une fiche documentaire de recensement des statues de la Ville de Paris, très facile à trouver nous indique que « en 1979, sa statue « Le Printemps », située dans le square du Dr Grancher dans le 20ème arrondissement de Paris, est détériorée et Dieupart veut savoir si une intervention va être effectuée ».

Henri Dieupart

Puisque à cette date, Henri Dieupart s'inquiétait auprès de la ville de Paris de l'état de l'une de ses sculptures, Il était donc très facile pour ces apprentis biographes et sites faussement spécialisés dans le verre et les verreries, d'en conclure qu'il était encore vivant en 1979. Même le  Bénézit, dictionnaire de référence des Artistes, en plus de ne pas savoir grand chose sur Henri Dieupart, arrive à se tromper sur son jour de naissance : 

"Dieupart, Henri Germain Etienne. Français, 20è  siècle, homme. Né le 30 juillet 1888 à Paris. Sculpteur. Scènes de genre. Bustes, bas-reliefs. Henri Dieupart était un élève de Jean-Antoine Injalbert. Il est connu pour ses scènes de genre. Il expose régulièrement au Salon des Artistes Français dont il est membre."

Pour en finir une fois pour toutes avec ces incohérences, mes recherches dans les archives de la ville de Paris, notamment à l'état civil, vont balayer toutes ces fausses informations.

Voici donc la biographie de Henri Germain Etienne Dieupart : 

Henri Germain Etienne Dieupart est né le 29 juillet 1888, au 25 rue de la Folie Méricourt à Paris dans le 11-ème arrondissement, fils d'Eugène Guillaume Dieupart ciseleur et de Alphonsine Alexandrine Dupuis brodeuse. Il se marie le 1er juin 1928 avec Jeanne Augusta Debrit, artiste dramatique, légitimant par ce mariage le fils qu'il a eu avec elle 9 ans plus tôt, Henri, né le 29 juillet 1919. Ils résident à cette époque 22 rue Orfila à Paris dans le 20-ème arrondissement. Veuf de ce premier mariage, il se remarie le 19 janvier 1971 avec Marcelle Pauline Koenig, lingère. Son fils Henri, représentant à Montmirail dans la Marne, sera un des témoins à ce second mariage. Il décède le 23 janvier 1980, à son domicile 22 rue de la Py à Paris dans le 20ème arrondissement à l'age de 91 ans. (Toutes ses informations sont extraites des actes de naissances, de mariages et de décès consultables librement à l'état civil de la Ville de Paris)

Hormis les verreries dont nous vous présentons les modèles de notre collection plus loin sur cette page, Henri Dieupart a également signé des sculptures et peintures, pour certaines que l'on peut encore voir aujourd'hui : La statue Le Printemps dans le square du Docteur Grancher dans le 20-ème arrondissement à Paris dont nous avons parlé plus haut, la statue centrale du monument aux morts de la ville de Chelles (77), le bas-relief du monument aux morts de la ville de Noisy-le-Sec (93), le cénotaphe de la ville de Paris à la mémoire des soldats morts pour la France, le bas relief du soldat mort gisant du monument aux morts de La Bastide-Clairence (64) daté de 1922, le même soldat gisant réutilisé pour le monument aux morts de la ville d'Anglet (64), la peinture monumentale datée de 1938 "Les sports de plein air" dans un vestibule du groupe scolaire Henri Barbusse d'Alfortville (94), les 7 peintures monumentales datées de 1937 de la salle des Mariages et de la salle du Conseil de la mairie d’Alfortville (94), et, en collaboration avec le sculpteur Armand Martial, des décors exotiques luxuriants, sculptés pour le pavillon des Forces d'Outre-Mer de l'exposition coloniale de 1931 (pavillon détruit aujourd'hui). Un article dans le journal "Le Combat" du 15 septembre 1948 annonce que Henri Dieupart expose ses peintures d'Orchidées du 15 au 30 septembre à la galerie Cambacérès rue La Boétie à Paris.

En décembre 1920, Henri Dieupart s'associe avec les sculpteurs Henry Arnold, François Cogné, Charles Favre-Bertin, Paul Landowski, Roger Bloche, Marcel Temporal et le fondeur Jacques Petitot pour créer la Fonderie Coopérative des Artistes CFA afin de contrer la montée excessive des prix pratiqués par les autres fonderies et faciliter à moindre coût les réalisations de jeunes artistes sculpteurs. Cette fonderie, située 26 rue Bézout dans le 14ème arrondissement à Paris créée dans un but non lucratif, fera faillite en octobre 1938.

La plus abondante documentation artistique dont on dispose sur cet artiste, est celle qui retrace sa collaboration en tant que créateur de verreries, parfois à son propre compte, parfois pour le compte de la maison de MM Simonet Frères. Dès 1925, les verreries de Henri Dieupart sont remarquées lors de l’exposition des Art décoratifs et notamment, cette année là,  son célèbre et remarquable vase « Épine et Bananier » dont vous pouvez voir un exemplaire ci dessous. Voici ce que l’on peut lire dans la revue "Mobilier et Décoration de juillet 1927" :

« La maison Simonet, qui s’était adjoint un statuaire décorateur alliant le savoir à l’imagination, M. Dieupart, allait triompher à l’Exposition de 1925. »… « La collaboration que M Dieupart apporte à MM. Simonet frères est particulièrement précieuse. Voici un artiste de talent qui a compris que les soi-disant arts majeurs étaient des arts décoratifs comme les autres et que la sculpture n’avait qu’à gagner à se mêler à la vie. Son art, à la fois robuste et subtil, s’est plié avec beaucoup d’intelligence aux nécessités techniques. Les vases en verre pressé que compose M. Dieupart sont toujours parfaitement équilibrés. Les éléments de leur décoration sont habilement choisis, non seulement au point de vus du motif, mais encore à celui des réfractions lumineuses. Ces vases sont des surfaces de jeu pour la lumière. Traiter le verre de façon à le faire chanter, à en faire surgir une symphonie rayonnante n’est pas chose facile. M. Dieupart y a réussi. Considérez par exemple, tels vases à côtes de sens différents, (on pense bien évidemment ici au modèle « Epine et Bananier ») séparés par des motifs floraux. Quel que soit le point d’où on les considère, l’atmosphère vibre harmonieuse et changeante sur les côtes contrariées. »

Le catalogue de ses verreries reste assez restreint. On dénombre seulement une petite vingtaine de modèles de vases référencés, la plupart édités par la maison Simonet Frères et quelques uns par René Goro, avec pour chacun d'entre eux, un faible nombre d'exemplaires fabriqués.

 

Voir le catalogue Henri Dieupart

Vases

Vases "Monnaie du Pape"

Vases Henri Dieupart - Monnaie du Pape

Vases Henri Dieupart - Monnaie du Pape

Paire de vases Henri Dieupart, modèle Monnaie du Pape en verre blanc satiné. Si nous connaissons tous le très courant vase du même nom de la prolifique maison Lalique, voici une œuvre de Henri Dieupart peu connue et plutôt rare, surtout comme ici, présenté en paire. Ce motif de fruits de monnaie du pape, illustration typique que l'on retrouve couramment au cours des périodes Art Nouveau et Art Déco, est ici représenté sans feuillage. L'artiste n'a voulu garder que l'heureux effet de transparence de ces siliques de nacre pour en couvrir la totalité du vase élancé, sans s'embarrasser des inélégantes tiges et feuilles de cette plante commune de nos jardins qui sur d'autres verreries plus courantes de la même époque, alourdissent le sujet.

Signé H. DIEUPART sur le socle.

Voir la signature

Dimensions : Ht : 31 cm. larg : 16 cm. Col : 8 cm Fond : 11,7. Poids : 1,4 kg.

Vases Henri Dieupart - Monnaie du Pape - Détail

Vases Henri Dieupart - Monnaie du Pape - Détail

Vase "Epine et Bananier"

Vase Henri Dieupart - Épine et Bananier patiné sépia

Vase Henri Dieupart - Épine et Bananier patiné sépia

Vase Henri Dieupart, modèle "Épine et Bananier" en verre à la fois transparent, satiné et patiné sépia. Cette oeuvre a été créée pour l'exposition des Arts Décoratifs de 1925. Ce vase, dont le décor est traité comme une incroyable sculpture, offre un remarquable relief avec un thème jamais encore traité dans la période Art Déco : 5 feuilles de bananier, dont les pointes sont repliées autour du col, sont posées sur un fond d’arbustes épineux . Les épines côtoient les feuilles de bananier en alternance et les 2 motifs s’entremêlent judicieusement. Les pointes des frises d'épines sont aussi les entailles des feuilles de bananier. Le col rond et les nervures des feuilles sont en verre poli transparent. La remarquable et subtile patine sépia restée intacte comme au premier jour accentue et fait ressortir ce fabuleux et bluffant décor. 

Extrêmement Rare

Signé en relief dans le décor : H. DIEUPART et sur le fond : Edition Simonet Frères

Voir la signature

Dimensions : Ht : 31,5 cm. larg : 22 cm. Col : 12 cm Fond : 17,5 cm. Poids : 3 kg

Vase Henri Dieupart - Épine et Bananier patiné sépia - Détail

Vase Henri Dieupart - Épine et Bananier patiné sépia - Détail

Vase Henri Dieupart - Épine et Bananier patiné sépia - Détail

Vase Henri Dieupart - Épine et Bananier patiné sépia - Détail

 

Vase "Eucalyptus"

Vase Henri Dieupart - Eucalyptus

Vase Henri Dieupart - Eucalyptus

Vase Henri Dieupart, modèle "Eucalyptus" en verre blanc, satiné et poli transparent. Edition Simonet Frères. D'une forme très étonnante et peu courante en entonnoir renversé, ce vase est exceptionnel par son décor. En effet, c'est entièrement le sujet du décor qui va donner la forme à l'objet. Ce décor est composé des feuilles fines et allongées d'eucalyptus qui couvrent le long col et la panse du vase puis de la fleur d'eucalyptus à chaque stade de sa vie : A la base du col la fleur épanouie, puis sur la pente de la panse, la fleur fanée et enfin en couronne autour du fond, les bogues de graines, le vase lui-même ayant la forme d'une de ces bogues. Tout cela dans des reliefs subtilement retravaillés qui alternent les effets satinés opaques et les polis transparents pour donner les reflets argentés caractéristiques des feuillages d'eucalyptus.

Le Museum of Fine Arts de Houston possède un exemplaire de ce vase en verre coloré jaune (voir ici).

Rare

Signé en relief dans le décor : DIEUPART d'un côté et sur l'autre côté : Edition Simonet Fres

Voir la signature

Dimensions : Ht : 30 cm. larg : 20 cm. Col : 6 cm. Poids : 1,933 Kg

Vase Henri Dieupart - Eucalyptus - Détail

Vase Henri Dieupart - Eucalyptus - Détail

Vase Henri Dieupart - Eucalyptus - Détail

Vase Henri Dieupart - Eucalyptus - Détail

Vase "Frise de Liserons"

Henri Dieupart

Vase boule Henri Dieupart, modèle "Frise de Liserons" en verre opalescent. Ce modèle, illustré dans le magazine Mobilier et Décoration de septembre 1928, affiche une modernité dans la stylisation à l’extrême du décor : Une frise de feuilles de liserons qui lui a donné son nom. Cette frise entoure en guirlande la totalité de la panse. Les feuilles de liseron stylisées, en forme de pointes de flèches creuses, rompent et animent dans un mouvement alterné des pointes, la forme boule traditionnelle et conventionnelle de ce vase. Cet exemplaire possède une opalescence très réussie qui, conjuguée avec la finesse extrême du verre, donne un effet de transparence proche de celle d'une bulle de savon, effet visuel parfaitement maîtrisé par le Maître Verrier, car cette "bulle de savon" pèse tout de même 2 kilos ! Pour rester dans l'esprit de cette composition, un petit col rond, très fin et plat termine élégamment et discrètement cette sphère éthérée.

Signature gravée manuscrite "H. Dieupart" sur le fond

Voir la signature

Dimensions : Ht : 21,5 cm. larg : 21,5 cm. Col : 8,5 cm. Poids : 2 Kg.

Vase Dieupart Frise de Liserons - Magazine Mobilier et Décoration septembre 1928

Vase Dieupart Frise de Liserons - Magazine Mobilier et Décoration septembre 1928

Voir les commentaires